Objet d’une initiative parlementaire déposée en mai 2004 par le conseiller national genevois Jean-Philippe Maitre (PDC), une loi de réglementation du prix du livre fut adoptée par les deux Chambres en mars 2011. Sujette à référendum, la loi fut finalement rejetée par le peuple un an plus tard. En mars dernier, le conseiller national valaisan Mathias Reynard (PS) déposa une nouvelle initiative parlementaire visant à l’adoption d’une telle loi, initiative intitulée «Prix du livre. Pour la diversité culturelle».

Payot Libraire était favorable à l’adoption de la loi qui fut votée en 2011. J’en fus d’ailleurs, aux côtés de Françoise Berclaz (La Liseuse à Sion), à l’époque présidente de la section librairie de l’Association suisse des diffuseurs, éditeurs et libraires, le «porte-étendard» durant la campagne qui précéda la votation de 2012. Mais aujourd’hui, en 2021, la situation a changé, et nous ne soutenons pas la nouvelle initiative. Sur le principe, nous restons toutefois favorables à une réglementation du prix du livre. Ce qui pourrait passer pour un «retournement de veste» mérite sans doute quelques explications, que je tente d’apporter dans un petit livre, Réglementer le prix du livre en Suisse: urgente nécessité ou fausse bonne idée?, publié cette semaine par les Editions de L’Aire.