Spectacle

Ioannis Mandafounis, le sacre d'un enfant de la danse

Le chorégraphe genevois s’empare d’une musique affolante de John Adams et offre au Ballet du Grand Théâtre une chevauchée fantastique, au cours d’une soirée magnifique où brille aussi la griffe d’Andonis Foniadakis et de Sidi Larbi Cherkaoui

Cool, comme un enfant de l’Olympe. Ioannis Mandafounis est béni par Zeus. Il est blagueur comme Pan, piquant comme Eros. C’est un esprit frappeur au fond, descendu d’une colline athénienne pour s’épanouir à Genève, ville où il a grandi en partie et où il vit aujourd’hui avec sa compagne et leur trésor, Méli, 6 mois à peine.  

On surprend Ioannis en pleine action, au Grand Théâtre. Cette après-midi, il met la dernière main à Fearful Symmetries, sa première pièce avec le Ballet de Genève. Cette création se révélera une formidable réussite, à l’image de cette soirée Minimal Maximal (lire ci-dessous). Autour de lui, garçons et filles l’écoutent comme un grand frère. Car voilà: Fearful Symmetries est une histoire de bande, c’est son sortilège.