Pour Azzedine Alaïa, notre temps qui va trop vite n’augurait rien de très bon. Par son accélération et la pression qu’il exerce sur les artistes, il empêchait la force créative de se développer sereinement. Même si le styliste, disparu en novembre 2017, reconnaissait certaines qualités à cette frénésie, le manque de temps disponible restait l’une de ses préoccupations. Le temps, en avoir, sans devoir en gagner, pour réfléchir et créer, mais aussi pour cultiver ses amitiés.

Avec l’aide de l’auteur Donatien Grau, Azzedine Alaïa, pendant les cinq dernières années de sa vie, a ainsi réuni chez lui quelques-uns de ses amis proches pour parler du temps. A chacun il a ensuite demandé avec qui il souhaitait entamer cette conversation dans laquelle il allait aussi se permettre d’intervenir. C’est ainsi que l’architecte Jean Nouvel a invité Claude Parent, que la danseuse Blanca Li a convié l’actrice Rossy de Palma. Et que le metteur en scène Robert Wilson a sollicité Isabelle Huppert. Sous l’intitulé Prendre le temps, les Editions Actes Sud publient 13 de ces conversations qui font du bien à l’âme en ces temps incertains. Et qui sont surtout à lire sans précipitation… Forcément.