Dans l’ex-Tchécoslovaquie, Jachym Topol, né en 1962, était une figure de la dissidence. Une époque illustrée par Ange Exit, roman culte de la défonce et du rock. Missions nocturnes, Zone cirque et L’Atelier du diable ont confirmé un talent baroque, satirique et politique. En 2004, Le Temps avait rencontré l’écrivain à Prague au moment où la République tchèque s’apprêtait à entrer dans l’Union européenne. A l’occasion de la sortie de Une personne sensible, formidable roman picaresque qui promène une famille de comédiens ambulants sur les routes d’Europe de l’Ouest puis dans les campagnes de l’Est, il était tentant de lui demander un bilan de ces seize ans. Il a répondu généreusement à nos questions, s’exprimant par écrit aussi librement qu’il parle.