Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Auditorium Stravinski, 10 juillet 2018.
© Eddy Mottaz / Le Temps

Musique

Jack White à Montreux, la démonstration avant l’émotion

L’ex-White Stripes était de retour mardi au Montreux Jazz Festival, pour un concert qui s’est révélé le plus souvent ennuyeux

En 2008, il était là avec The Raconteurs. Deux ans plus tard, il est revenu avec The Dead Weathers. Et cette année, c’est en solo que Jack White se produisait mardi soir au Montreux Jazz Festival, dans un Auditorium Stravinski frigorifique où il était aisé de circuler. L’Américain aura donc défendu sur la Riviera lémanique ses différents projets nés après la fin de The White Stripes, le duo qu’il avait formé en 1997 avec Meg White, alors son épouse.

Lire aussi: The Raconteurs, une histoire qui mord au Montreux Jazz

Avant d’entrer dans la salle, cet avertissement: «A la demande de Jack White, aucune photo ni vidéo n’est autorisée dans l’Auditorium Stravinski ce soir. Merci pour votre compréhension.» On comprend, même si on préfère les artistes qui ont choisi de jouer avec leur public, leur demandant de brandir leur téléphone pour tel tube afin d’ensuite mieux les enjoindre à le laisser au fond de leurs poches. Mais on se dit que dès lors, seule compte la musique, et que c’est une bonne chose. Si ce n’est que la musique, mardi soir, fut passablement ennuyeuse. A l’image du troisième album de Jack White, Boarding House Reach, un disque boursouflé et surproduit, multipliant les effets, loin de la sécheresse qui a fait la gloire des White Stripes.

Couches de notes superflues

Au Strav’, Jack White est épaulé par quatre musiciens, dont deux claviers. C’est surprenant, et le résultat confirme nos craintes: deux claviers, ça fait beaucoup pour un blues-rock âpre qui se retrouve ainsi noyé sous des couches de notes superflues. Dès l’entrée en matière, avec un Over and Over and Over teigneux, on est plus terrassé que véritablement happé.

Le premier album solo du natif de Detroit, Blunderbuss (2012), séduisait à coups de riffs évidents, d’emprunts tant au rock’n’roll qu’à la country. Les quelques morceaux tirés de cet enregistrement furent parmi les seuls à tenir la route. Car pour le reste, qu’il reprenne des titres des White Stripes, des Raconteurs ou des Dead Weathers, Jack White en fait trop, en rajoute inutilement, multiplie les soli assommants, trafique sa voix. Il est dans la démonstration, jamais dans l’émotion.

S’il est agréable de pouvoir assister à un concert sans l’habituelle forêt d’écrans lumineux poussant au-dessus des têtes, encore faudrait-il que ce qui est montré sur scène soit convaincant.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a