Fariba Hachtroudi. J'ai épousé Johnny à Notre-Dame-de-Sion. Seuil, 208 p.

Zahedan, à fleur de désert, dans l'Iran des années 1960. La petite Fariba Hachtroudi grandit là avec son père Cyrus, un intellectuel bon vivant au profil de médaille. La mère, scientifique de haut vol, est partie pour les Etats-Unis et la petite fille pressent vite qu'elle ne reviendra pas. Entre les blagues de ses cousines chéries, l'amour du père qui ne s'en laisse pas compter par le mollah du coin et sa nounou gironde à qui elle confie sa passion pour Johnny Hallyday, Fariba parvient à colmater l'absence. Malgré toute la fantaisie du père, une jeune fille de bonne famille ne peut pousser comme il se doit dans un trou provincial. Ce sera Paris et les bonnes sœurs. J'ai épousé Johnny à Notre-Dame-de-Sion est le récit hilarant de la plongée de Fariba Hachtroudi, alors tout juste adolescente, dans le couvent de Notre-Dame-de-Sion. Parmi les jeunes filles de la haute société parisienne qui fréquentent l'établissement, Fariba se lie vite avec un noyau d'irréductibles partisanes de la révolution guévarienne. Les portraits, les atmosphères, la description du sentiment de dépaysement, de l'intensité aussi de ces années formatives, remplissent ce roman d'une belle énergie littéraire.