Au moment même où August Strind­berg remporte un grand succès à Paris avec deux pièces, Les Créancier s et Père , acquérant ainsi une dimension européenne, l’auteur de théâtre suédois décide de réaliser son rêve d’enfance: se consacrer entièrement à la recherche scientifique. A Paris, il étudie donc, se lance dans des recherches et écrit des ouvrages scientifiques. Jardin des plantes est l’un d’eux. L’auteur de Mademoiselle Julie cherche à démontrer l’unité de la matière, qu’elle soit organique ou minérale. Jardin des plantes pointe donc les analogies entre monde minéral et botanique. Les Editions Notari à Genève, spécialisées dans le livre d’art et le livre pour la jeunesse, publient ce texte dans leur collection Botanic Art, dédiée aux écrits anciens sur la botanique et illustrée par des artistes contemporains, ici Antonio Marinoni.