Surprise: avec Terra Alta, Javier Cercas quitte le territoire littéraire où il brille depuis une vingtaine d’années, celui des romans dits du réel, élaborés à partir de pans de l’histoire espagnole, la guerre civile de 1936 principalement, ses héros anonymes (Les Soldats de Salamine), ses héros mythomanes (L’Imposteur), ses héros qui ont choisi le mauvais camp (Le Monarque des ombres). Ce matériau historique est travaillé avec toutes les techniques romanesques. L’histoire, intime et collective, est ainsi retraversée, rééclairée par l’expérience littéraire où faits réels et fiction dialoguent. Autre parfait exemple de cette démarche, Anatomie d’un instant portait sur la tentative de coup d’Etat de l’armée espagnole le 23 février 1981, en pleine session parlementaire et devant les caméras de télévision.