Les cowboys n’étaient pas tous blancs avec un poncho sur le dos, insiste le rappeur américain Jay-Z qui espère que le nouveau western qu’il a produit pour la plateforme Netflix, «The Harder They Fall», contribuera à faire tomber ces fausses idées sur le passé mythique des Etats-Unis. La star du hip-hop a recruté pour ce film un impressionnant casting d’artistes noirs, avec en vedettes Idris Elba et Regina King, pour incarner des personnages bien réels qui ont marqué l’histoire du Far West.

Une «fiction»

Les westerns classiques, comme la fameuse «Trilogie du dollar» avec Clint Eastwood, faisaient peu de cas des minorités. Pourtant, près d’un quart des cowboys étaient noirs, assure le réalisateur de «The Harder They Fall», Jeymes Samuel.

Beaucoup aimeraient que ce pan de l’histoire reste voilé», a lancé Jay-Z lors d’une conférence de presse virtuelle jeudi.

Au-delà du divertissement, ce film a aussi selon lui la vertu de «permettre à des gens d’être vus» alors qu’ils ont été ignorés par l’Histoire et les westerns traditionnels tournés à Hollywood, où les acteurs et personnages blancs dominent. Le magnat de la musique marié à Beyoncé affirme avoir beaucoup appris de ce film à titre personnel.

Lire aussi: Appropriation culturelle: cinquante nuances de tout sur les écrans

Le long-métrage s’inspire d’une galerie de portraits de cowboys et hors-la-loi noirs et amérindiens, comme Nat Love, Rufus Buck et Cherokee Bill, qui ont vécu à des endroits et des époques différentes et n’ont donc jamais pu se rencontrer.

Mais Jay-Z estime qu’une approche plus authentique ou documentaire «aurait rebuté les gens» et du même coup diminué l’impact du film. Il a préféré le présenter «comme une «fiction»» dans laquelle il y a «un certain nombre de choses bien réelles.»

Pénétrer l’âme

L’artiste insiste aussi sur le rôle que la bande-son peut jouer. «Vous écoutez la musique, vous accrochez, vous aimez le rythme, et toutes ces informations sont transmises et pénètrent votre âme sans même que vous vous en rendiez compte», décrit-il. Pour Jay-Z, le rap et le cinéma sont «semblables», car tous deux permettent de ««raconter des histoires formidables.»

Il relève que de nombreux éléments des westerns hollywoodiens sont totalement déconnectés de la réalité, comme le poncho porté par Clint Eastwood dans les films de Sergio Leone. C’est donc sans état d’âme qu’il a puisé dans des influences très anachroniques pour la musique de «The Harder They Fall», comme dans la discographie de la star du reggae Barrington Levy.

Lire également: De «Bridgerton» à 007, «rôles blancs» et acteurs noirs

«Vous entendez Barrington Levy et vous vous dites «Tiens, mais ce n’est pas de la musique de western», dit-il. Mais ce n’est pas le cas non plus de la guitare italienne dans «Oklahoma!» [de Fred Zinnemann]», souligne Jay-Z.

«The Harder They Fall» est disponible sur la plateforme de streaming Netflix depuis le 3 novembre 2021.