Il suffit d'annoncer que le jazz n'a plus peur des machines et s'entiche d'électronique pour qu'une armée de suiveurs avachis sautent sur le bouton le plus proche. Laurent de Wilde, astucieux pianiste et monkien dans l'âme, réalise un opus opportuniste: résultat décevant de bidouillages récents, d'investissement approximatif. Vainement novateur, maladroitement conceptuel, Time 4 Change est sans doute l'œuvre du temps. Ephémère. L'usage exclusif d'instruments acoustiques ne change rien à l'affaire. Cet album sied peut-être aux ascenseurs en panne et aux fins de soirées assoupies.