Steve Grossman-Harold Land. I'm Confessin'. (Dreyfus/Disques Office)

Associés en 1992, le temps d'une tournée et d'un disque qui ne paraît qu'aujourd'hui, Harold Land et Steve Grossman avaient mieux à faire que de se courir après comme des dératés. La mode des poursuites «texaveryennes» façon Dexter Gordon-Wardell Gray était d'ailleurs passée, et les deux ténors préfèrent le tête-à-tête au marathon. Ce qui nous vaut une conversation à pavillon ouvert, grand moment de complicité entre la distinction calligraphiée de Land l'aîné et la véhémence frontale de Grossman le cadet. C'est simple au point que les snobinards y verront un échange de banalités: on les laisse à leur affectation blasée.