Autrefois, Jean Echenoz habitait rue des Annelets, une adresse qui rappelait un Paris bucolique – agneaux ou petits ânes. Entre-temps, il a changé de quartier, glissant du XIXe arrondissement vers le IXe, de Belleville à Pigalle, et le nom de la rue évoque les Lumières. Pour atteindre le petit appartement où il a donné rendez-vous, il faut monter les trois étages d’un escalier exigu, l’ascenseur est en réparation. Dehors, les lumières de Noël s’allument. L’intérieur est une oasis de calme, tapissée de livres et d’œuvres d’art.

Lire aussi: Jean Echenoz, l’invention du roman à moteur