Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jean Harlow, 1911-1937.
© George Hurrell

biographie

Jean Harlow, première pin-up d’Hollywood, triste objet du désir

Jean Harlow inaugura le statut de pin-up, elle en fut aussi la première martyre. Régine Detambel sort la légende des tabloïds pour dénoncer les abus que l’industrie du cinéma fait subir aux femmes

De Jean Harlow, sex-symbol du cinéma des années 1930, on ne saura pas grand-chose. «Jean Harlow, c’est personne,» tranche d’emblée Régine Detambel, qui lui préfère Harlean Carpenter, la frêle jeune femme écrasée par son double iconique, morte à 26 ans, détruite par les drames personnels, la maladie et le rythme intenable des studios de production.

Platine est une entreprise de réhabilitation féministe: page à page, cette biographie romancée dépouille la star de ses oripeaux, de son aura sulfureuse et des rôles de midinette dans lesquels sa filmographie semble l’avoir figée. Pour qu’à la fin du récit, le nom de cette créature soit davantage que la garantie d’un casting juteux. Première poitrine explicite – et explosive – de l’histoire du cinéma, Harlean et ses seins parfaits pointaient à la face pudibonde de l’Amérique qui hurlait au scandale à défaut de pouvoir détourner le regard.

Lire aussi, en 2013:  Augustine, vie et destin d’une pin-up médicale

Mère bigote

Adulée par les hommes, détestée par les femmes, moquée par la critique et surexploitée par les majors dans un Hollywood naissant où les Harvey Weinstein étaient déjà légion, sa célébrité précoce ne lui laissa aucun répit: sa vie privée dépasse en tragédies n’importe quel scénario du genre. Son beau-père est un escroc incestueux qui rafle ses cachets. Sa mère, bigote, toxique et manipulatrice, précipitera sa mort en l’empêchant de se faire soigner. Pour lui échapper, Harlean se précipite dans les bras de ceux qui veulent bien l’aimer.

Affreusement seule, incapable de jouer la comédie cruelle et hypocrite du monde du cinéma, elle rêve d’un enfant pour éponger ce dont elle a manqué, mais les médecins jurent qu’elle est stérile. A 25 ans, elle est déjà trois fois divorcée. Et veuve, puisque à peine deux mois après leur mariage, Paul Bern se tire une balle dans la tête, probablement désespéré par son impuissance sexuelle. L’affaire régale les tabloïds, la machine à rumeurs s’emballe. Pendant ce temps, l’actrice des Anges de l’enfer est clouée au lit. La veille de son suicide, son époux l’a rouée de coups, lui laissant pour seul héritage des séquelles qui précipiteront quelques années plus tard l’insuffisance rénale qui lui sera fatale.

Lire également: Jarvis et Chilly chantent les fantômes de Los Angeles

Un corps jeté pâture

Que vaut la vie d’une femme à Hollywood? Confisqué par une industrie insatiable, le corps de Harlean Carpenter fut jeté en pâture sur les écrans et déchiqueté par le désir brutal de ses millions de spectateurs. C’est cette dépouille que Platine ressuscite. Si le titre fait référence à la chevelure exceptionnellement blonde de la star, il dit aussi que sa plastique n’était pas son seul bien précieux.

Aidée par les outils de la fiction, Régine Detambel libère la petite fille de Kansas City de son statut de fantasme national. Préférant faire parler, à la place de la Jean Harlow voluptueuse des magazines, la femme qui souffrait jusqu’à s’évanouir sur les plateaux de tournage. Tout en respectant une base de faits réels, l’auteure – par ailleurs bibliothérapeute, c’est dire si elle connaît le pouvoir réparateur des mots – réinjecte dans cette courte vie brisée des gestes et des pensées intimes. Elle précise ses luttes intérieures, son courage muet face à la maladie. Elle imagine son désarroi docile face aux exigences des puissants. Comme on redresserait une plante qui ploie, elle lui fabrique une armature tressée d’espoirs et de colères. Passant du «elle» au «je», comme pour mieux pousser le lecteur à se glisser dans la peau de celle qui, de son vivant, ne s’appartenait déjà plus.


Régine Detambel

Platine

Actes Sud, 192 p.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a