la réédition de la semaine

Leonard Bernstein dans Sibelius, c’est une splendide force épique. Sony a remastérisé sa première intégrale des symphonies réalisée dans les années soixante à la tête du New York Philharmonic Orchestra. A la perfection sonore prônée par Karajan, le chef américain oppose une approche plus brute et terrienne. Les cordes ont une belle densité, tour à tour expressive et rugueuse, les cuivres sonnent typiquement américains. On y trouve aussi le Concerto pour violon avec Zino Francescatti et quatre poèmes symphoniques (7 CD Sony Classical)