Manifestation

Jean Studer: «Le NIFFF doit devenir plus qu’un festival»

Cas unique au monde, pendant six ans, un festival de zombies a été chapeauté par le même homme qui présidait la Banque nationale. Au terme de ses deux mandats, Jean Studer revient sur cette aventure

Cela reste inédit dans les annales du capitalisme: pendant six ans, le président d’une banque nationale a piloté une rencontre annuelle de fantômes. Ces jours, Jean Studer abandonne la présidence du Festival du film fantastique de Neuchâtel, le NIFFF. Ayant quitté la BNS, il va présider la Banque cantonale de Neuchâtel, principal sponsor de la manifestation, raison de son retrait du NIFFF.

Le Temps: A la BNS, vous a-t-on fait parfois des remarques sur ce truc bizarre qu’est le NIFFF?