Badiner avec l’humour. Le mot est de lui. Il figure dans les «prolégomènes» de son Dictionnaire amoureux de l’humour (Plon, 2012). Jean-Loup Chiflet s’y connaît en matière de badinage humoristique. La preuve, son Dictionnaire amoureux de l’humour fait un carton: «Le livre en est à sa cinquième réimpression; 30 000 exemplaires vendus en deux mois», malgré sa matière plutôt littéraire – on y croise Perec, Flaubert, Proust, Vialatte, l’Oulipo, les Papous, Desproges, Bedos, de Funès, François Morel, Woody Allen, Plonk & Replonk et beaucoup d’autres, «mais pas Jean-Marie Bigard!» dit-il.

Jean-Loup Chiflet est un homme qui vaut de l’or. Qui n’a pas entendu parler de son best-seller, Sky my husband! qui a ravi les professeurs d’anglais? Depuis, il a concocté moult ouvrages, souvent à succès, nourris par sa vaste collection de bons et beaux mots, dont cet Oxymore, mon amour (2011), paru chez Chiflet & Cie, la maison d’édition qu’il a fondée en 2004 qui vient de publier, sous sa plume, une Allégorie, ma chérie… L’homme, angliciste et fin grammairien, a plus d’un mot dans son sac. Il en parsème sa conversation et son Dictionnaire. Un dictionnaire «amoureux» et donc très personnel, qui fait une place conséquente aux humoristes oubliés – ces «jongleurs de mots» qu’affectionne l’auteur; dictionnaire qui trace de chapitre en chapitre une carte imaginaire des amitiés, des affinités, des aventures personnelles et des préférences de Jean-Loup Chiflet, un dictionnaire aux allures d’autoportrait.

Voici donc un mini-dictionnaire – subjectif lui aussi – d’une rencontre genevoise (il est l’invité de la Société de lecture*) en partant de la lettre «Z».

Zouc. «J’ai pour elle une admiration sans bornes et depuis longtemps. Je l’ai vue à l’époque où elle jouait à Paris dans des cafés-théâtres. Ma fille, qui a aujourd’hui 40 ans, se souvient encore de ses sketches. Son préféré est Le Paddock, mais moi, j’ai un faible pour Le Téléphone avec Madame von Allmen. Cette interlocutrice dont il est impossible de se débarrasser me rappelle cette habitude qu’ont les gens de parler interminablement sur le seuil de la porte, lorsqu’ils sont sur le point de partir. J’appelle ça paillassonner

Trio. Desproges, Bedos, Fournier (Jean-Louis), trois noms qui ont la part belle du Dictionnaire et qui viennent dans son cœur juste après Vialatte, le maître.

Suisses. Si les Belges ont une entrée dans le Dictionnaire amoureux, sous «Surréalisme en Belgique», les Suisses y sont représentés par quelques grands noms. On y trouve Bernard Haller – Jean-Loup Chiflet mime Le Concertiste, où l’humoriste compte les spectateurs en jouant La Sonate au clair de lune; Plonk & Replonk, «j’ai leur calendrier 2013 à la maison!» et Charles-Albert Cingria, écrivain récemment découvert dit-il, mais dont il apprécie les proses presque autant que celles d’un Vialatte, ce qui n’est pas peu dire (voir ci-dessus)… Et bien sûr: Zouc (ibidem).

Nonsense. C’est une de ses spécialités. Il est l’importateur des dessins du New Yorker en France. Il cite Groucho Marx: «La nuit dernière, il y avait une femme qui n’arrêtait pas de frapper à la porte de ma chambre d’hôtel. Finalement, je l’ai laissée sortir.» «Nonsense ne signifie pas absence de sens. C’est une figure de style: on balance quelque chose, on met un point, une virgule et hop: pirouette! La version anglaise est du côté de l’understatement, de la retenue, la version américaine, de l’o verstatement, de l’exagération.»

Noir. «L’humour est souvent noir. Rire pour ne pas pleurer, c’est le principe de tous ces humoristes. Beaucoup se sont suicidés, d’ailleurs. On a attribué à Boris Vian cette phrase: «L’humour est la politesse du désespoir.» Mais le véritable auteur de la véritable phrase est le surréaliste belge Achille Chavée, qui a dit: «L’humour noir est la politesse du désespoir»!»

Humour. «Il y a 36 000 définitions. Celle que je préfère est de Jean Dutourd: l’humour c’est une façon de présenter «les idées de profil».

Femmes. Jean-Loup Chiflet s’excuse: «Il n’y a que quatre femmes dans mon dictionnaire: Madame de Sévigné, Jacqueline Maillan, Valérie Lemercier… et Zouc!» (voir ci-dessus).

* Jean-Loup Chiflet, Déjeuner-débat, Société de lecture, 12h. Mardi 22 janvier, Genève (www.societe-de-lecture.ch)