Rencontre

Jean-Marc Diébold, le nouvel atout des artistes suisses à Paris

Ancien directeur de théâtre, ce Franco-Suisse de 52 ans lance ces jours son mandat à la tête du Centre culturel suisse à Paris. Il dévoile sa stratégie pour conquérir le marché culturel français

Le bon trac des soirs où la vie change d’allure. Jeudi et vendredi derniers, Jean-Marc Diébold, 52 ans, a lancé son mandat à la tête du Centre culturel suisse (CCS) à Paris en jouant les portiers de luxe sur le seuil de la maison. Le nouveau directeur de ce fleuron de la créativité helvétique a révisé son histoire entre deux discours, deux performances de danseurs, deux concerts.

L’enfant du Locle s’est rappelé qu’il avait 19 ans en 1985 quand cette institution financée par Pro Helvetia voyait enfin le jour, portée par la flamme de L’Hebdo, l’enthousiasme opiniâtre d’intellectuels et de politiciens pour qui la Ville Lumière était l’estuaire naturel de tout créateur suisse, romand en particulier. Un port où on était adoubé et où on pouvait espérer prendre le large.