On a beau être mort, on a du ressort. Et des ardeurs. Voyez Estelle, cette bimbo riche, gâtée jusqu’à la moelle, en réalité secrètement abîmée. Au Théâtre du Crève-Cœur, elle appâte Garcin, cet entêté qui rumine une lâcheté ancienne, une défaillance, une tache qui est un trou purulent. Estelle est jouée par Lola Riccaboni, liane électrique au bord du survoltage. Garcin par Valentin Rossier, troublant comme le nénuphar sur une eau noire. A Cologny (GE), on jouit de leurs attractions infernales.

Lire aussi: Au Crève-Cœur, Cyril Kaiser rafraîchit «Le Malade imaginaire»