Véritable phénomène pop outre-Sarine, Jeans For Jesus a réussi à rendre hype le dialecte alémanique. Un tour de force lorsqu’on sait que le schwyzertütsch reste avant tout pratiqué par des groupes d’obédience blues-rock ou par des rappeurs. Dans les deux cas, il s’agit avant tout de mettre en avant le texte, peu importe l’habillage musical. Tout le contraire apparemment de Jeans For Jesus, qui a soigné dès ses débuts la production, l’esthétique sonore, en s’inspirant tant du hip-hop que de l’electro pop développée par des groupes tels que Metronomy ou Hot Chip.