A l’ère du selfie, la dimension identitaire du vêtement est plus forte que jamais. Que porter, et pour dire quoi de soi, telle que la question qui traverse l’exposition «Pour la galerie. Mode et portrait», dès le 17 septembre au Musée d’art et d’histoire de Genève.

Retrouvez notre série d’articles (PDF).

Le portrait est l’un des points forts des collections de peinture du Musée d’art et d’histoire: avec le paysage, il sert de fil rouge au nouvel accrochage des salles permanentes, qui déroule une histoire de l’art occidental depuis la Renaissance, au prisme du goût des collectionneurs genevois qui les ont réunies. L’exposition Pour la galerie. Mode et portrait propose un autre point de vue sur ce genre clé de la période moderne et contemporaine, jadis réservé à une élite, mais qui a fait irruption dans nos vies par le biais de la photographie, des téléphones portables et des réseaux sociaux. Rompant avec la chronologie pour confronter les époques, l’exposition propose d’en explorer les codes, les continuités et les ruptures, en mettant en avant l’un de ses principaux accessoires: le vêtement.