Face à l’explosion des plateformes en ligne, le Parlement a concocté un projet pour protéger la création cinématographique suisse indépendante. Les services de streaming (Netflix, Disney +, etc) et les diffuseurs étrangers, comme TF1 ou M6, devront affecter 4% de leurs recettes brutes réalisées en Suisse au secteur. Ils seront également obligés de programmer 30% de films européens.

Pour Matthias Müller, président des jeunes PLR Suisse, l’investissement équivaut à un impôt extraordinaire. Les producteurs répercuteront les frais sur les consommateurs et augmenteront le prix des abonnements.

Relire: Le National accorde sa taxe Netflix au cinéma suisse

«C’est injuste – surtout pour les jeunes générations», estime-t-il. «Une part non négligeable des utilisateurs se dirigeront vers des sites de téléchargement illégaux», argumente encore la vice-présidente des jeunes Vert’libéraux, Virginie Cavalli.

Liberté et discrimination

Chacun devrait être libre de décider ce qu’il veut regarder ou non, critique l’alliance «non à la taxe sur les films». L’Etat essaie de nous dicter ce que nous devons regarder, précise Matthias Müller. Certains services de vidéo à la demande ne pourront jamais atteindre le quota des 30% de films européens. L’offre sera moins bonne, avance Samuel Hasler de l’UDC. Pour Virginie Cavalli, ce quota représente une discrimination à l’égard des producteurs de pays hors de l’UE.

Quatre opinions à ce sujet:

Il est faux de ne soutenir que la culture européenne et suisse. Cela «dénote un manque d’ouverture des politiques publiques appliquées par la Suisse qui n’est pas tolérable», précise-t-elle. Cette loi crée un avantage concurrentiel inacceptable. L’octroi du soutien devrait se baser sur la qualité des films et non sur leur provenance.

Tâche de l’Etat

Par ailleurs, la promotion de la culture est une tâche de l’Etat, souligne le conseiller national Philipp Kutter (Centre/ZH). La Confédération et la SSR soutiennent déjà le cinéma suisse à hauteur de 100 millions de francs par an.

Lire aussi:  Le débat sur la «Lex Netflix» anime le Festival de Locarno

Et les films subventionnés ne s’adressent qu’à un public de niche, relève le conseiller national UDC Mike Egger (SG). Les offres de streaming sont mieux accueillies par le public que les films suisses. De plus, la loi est une attaque massive contre la liberté économique des entreprises.

«Hypocrite»

De son côté, cinésuisse, l’association faîtière de la branche suisse du cinéma et de l’audiovisuel, décrit un référendum «peu crédible et hypocrite». Les entreprises internationales ne doivent pas transférer à l’étranger tout l’argent qu’elles gagnent ici. Sans obligation, l’industrie cinématographique suisse perdra progressivement de son importance au niveau international.

«Les jeunes poussent les entreprises internationales à faire encore plus de profits», déclare Mathias Aebischer, président de cinésuisse. Par ailleurs, il n’y a pas d’indication que le prix des abonnements pourrait augmenter.

Les jeunes UDC, PLR, PVL et du Centre ont jusqu’au 20 janvier 2022 pour récolter 50 000 signatures.