C’est à Lausanne que le premier escape game («jeu d’évasion») de Suisse romande a vu le jour. Alexei Konovalov, qui a fondé The Door en octobre dernier, propose deux salles: un bunker post-apocalyptique et une chambre victorienne avec une intrigue à la Sherlock Holmes. «Il y a clairement une tendance positive. Les gens sont un peu saturés par le numérique et veulent revenir au réel. Pour nous, plus il y a d’escape room, plus cela permettra de nous faire connaître.»

www.thedoorgame.com

Autre lieu, autre ambiance. A Genève, Escape Geneva ouvrira ses deux premières salles sur la rue de Lausanne dès le 6 juillet. Là encore, le concept est le même avec des équipes de 2 à 5 joueurs.

www.escape-geneva.ch

Trip Trap Escape s’est aussi lancé sur le créneau avec Le Trésor de Jack Rackham. Une énigme de pirates, façon XVIIIe siècle, qui se déroule dans une cabine de bateau. Le tout sous la menace des canons de la marine anglaise. Le jeu est à découvrir jusqu’à ce dimanche. Il emménagera dans un local du centre-ville à partir de septembre et proposera deux nouvelles énigmes locales: L’ Escalade et Frankenstein. Aurèle Barde, 30 ans, cofondateur, a découvert le concept lors d’un séjour à Paris. Il est allé récupérer des planches sur le chantier du CEVA et se consacre aujourd’hui à plein temps à ce jeu: «Ce qui me fascine c’est ces quatre secondes pendant lesquelles les participants se regardent circonspects. Passé ce laps de temps, tout le monde se retrouve agenouillé pour chercher si la clé n’est pas sous un meuble. L’adolescent comme le directeur de boîte.»

www.triptrapescape.ch