En un quart de siècle, Joann Sfar a publié quelque 150 livres, sans oublier treize Carnets intimes et (déjà) 29 tomes de Donjon, la saga de fantasy pour rire qu’il coscénariste avec Lewis Trondheim. Entre deux albums, il trouve le temps de réaliser des films, un dessin animé, Le chat du rabbin, ou l’admirable Gainsbourg (Vie héroïque).

Nourri de bandes dessinées et de séries B, Joann Sfar aime les monstres, les trolls et les golems, les fantômes et les super-héros, les vampires petits ou grands… Ayant étudié la philosophie et les Beaux-Arts, il s’intéresse aussi à la mythologie grecque et aux présocratiques, à Chagall et à Dalí; il relit Le petit prince et Romain Gary, vénère Brassens et Gainsbourg. Un matou lui a valu une notoriété universelle: le chat du rabbin, l’insolent félin qui, doué de la parole, raille volontiers les hommes et leurs religions dans des histoires renouant avec la sagesse délectable des contes arabes.