Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Nous ne faisons pas du graphisme de signature. Notre marque de fabrique tient dans les liens que nous tissons avec nos clients».
© David Wagnières

Portrait

Joanna Schaffter et Vincent Sahli, lettres orientales

Ils ont fondé leur bureau de graphisme il y a douze ans. Rencontre avec un couple qui aime l’art et la mode et réalise en ce moment les catalogues du futur musée du Louvre à Abu Dhabi

A quelques arrêts de tram de la gare Cornavin, dans un immense bâtiment industriel, Joanna Schaffter et Vincent Sahli officient depuis leur quartier général du BAT 43 où s’active une coopérative d’artistes, de photographes, de graphistes et de développeurs multimédia. Dans leur studio, le couple expose la quasi-totalité de leurs réalisations. Des affiches d’exposition envahissent les murs tandis que sur les rayons, s’accumulent les piles de catalogues et de livres. Beaucoup de livres, notamment ceux réalisés pour Macula avec leurs couvertures typiques: caractères blancs sans empattements sur un fond noir et épuré.

Nous travaillons beaucoup c’est vrai, mais le fait d’être un duo nous permet d’adapter notre temps. Cela nous laisse davantage de liberté.

L’éditeur réédite les grands classiques de la théorie de l’art, mais aussi des écrits plus récents comme ceux de l’artiste suisse Thomas Hirschhorn. Ces séries constituent un patrimoine réuni depuis sept ans par l’historienne de l’art Véronique Yersin, la directrice genevoise de cette maison parisienne. «Une amie de longue date. Ce projet nous a permis de gagner une bonne visibilité à Paris. Il nous a valu notre collaboration avec l’artiste algérien Adel Abdessemed pour qui nous avons réalisé le catalogue raisonné de l’œuvre et notre futur mandat pour le Louvre Abu Dhabi.»

Le Louvre Abu Dhabi? «Pour l’instant, nous restons discrets sur le sujet, insiste Vincent Sahli. Mais oui, nous avons en effet signé la réalisation des catalogues des prochaines expositions du musée qui sera inauguré en novembre prochain.»

L’art de l’échange

Quel est style Schaffter Sahli? Eux disent ne pas en avoir. «Nous ne faisons pas du graphisme de signature. Notre marque de fabrique tient dans les liens que nous tissons avec nos clients, reprend Vincent. Nous leur offrons une méthode, une systématique, une écoute et une réinterprétation de leurs vœux. Ce n’est possible que grâce à l’observation, la discussion et à pas mal d’humilité. Si nous parvenons à les faire parler ouvertement et à nous livrer leurs besoins profonds, le pari est gagné. Plus l’interaction est grande, plus le projet sera abouti, observe Joanna Schaffter chez qui le graphisme est une affaire génétique. Mon père est graphiste et ma mère typographe. Pour autant, je n’ai pas choisi cette voie pour faire comme eux. Très tôt j’ai été sensible au monde de l’art en général. Pour moi, ce métier représentait un domaine qui touchait à tous les champs en même temps», explique celle qui va quitter son Jura natal pour Genève où elle obtient son diplôme de graphiste à l’école des arts appliqués. «Une fois dehors, j’ai tout de suite senti que je devais exercer ce métier en indépendante.»

Devenir son propre patron, c’était aussi le rêve de Vincent Sahli, diplômé de l’Ecole des arts appliqués de la Chaux-de-Fonds. «J’ai toujours cultivé un grand intérêt pour le texte, l’image et la typographie mais avant tout pour tout ce qui touche à l’échange. Le texte est un échange, les projets également. Pris ensemble, c’est un tout qui amène des solutions à des problèmes graphiques.»

Le plus beau livre de Suisse

Mais avant de voler de ses propres ailes, il faut bien se faire les dents. Johanna travaille à Lausanne chez la graphiste Flavia Cocchi. Vincent est actif à Genève au sein du collectif La Fonderie. Ils se rencontrent, l’idylle commence. Mais l’aventure s’étend géographiquement avec un départ pour New York. Vincent ouvre l’antenne new-yorkaise de l’agence Base Design, Joanna trouve un job chez Pentagram, le studio de Paula Sher, graphiste star, auteure de l’identité visuelle du MoMa et du New York Theater. Un an plus tard, c’est le retour en Suisse et l’ouverture à Genève du bureau qui porte leurs deux noms. «C’est notre plus gros projet commun. Notre plus grande fierté», insiste Joanna dont le studio fête cette année ses 12 ans.

L’occasion de replonger dans ses archives. De la confection de tapis avec des artisans portugais aux affiches de la Villa Bernasconi en passant par des travaux pour des bureaux d’architectes, l’ancienne équipe suisse de cyclisme ou l’identité visuelle de la Haute Ecole d’art et de design de Genève, ce couple passionné d’art, de littérature et de mode a su embrasser tous les domaines. «Quand il se passe quelque chose d’intéressant et que notre rôle va au-delà de celui de simple exécutant, peu importe le champ d’activité de notre client», explique Vincent en feuilletant The Anti-Museum, gros ouvrage édité par Fri-Art, la Kunsthalle de Fribourg et couronné, en 2017, du Prix du plus beau livre de Suisse par l’Office fédéral de la culture. «C’est la troisième fois qu’on le reçoit. C’est extrêmement gratifiant d’être reconnus par ses pairs», explique Joanna. «D’autant que chacun de ces ouvrages nous demande un travail colossal», ajoute Vincent.

Une vie à 350 km/h

Mais en ce moment, c’est Paris qui les occupe et leur fait mener une vie de pendulaire TGV à 350 kilomètres à l’heure. Vie qu’ils partagent avec leur fille qui vient d’entrer à l’école. «Nous travaillons beaucoup c’est vrai, mais le fait d’être un duo nous permet d’adapter notre temps. Cela nous laisse davantage de liberté. Et c’est précieux.» D’autant que la collaboration avec Adel Abdessemed a été longue. «C’était une expérience humaine incroyable avec des gens qui comprenaient tous les enjeux de la pluridisciplinarité de notre métier», se souvient Joanna.

Celle avec les Editions Xavier Barral, qui édite les catalogues du Louvre Abu Dhabi, prend le même chemin. Paris, donc, comme un second QG. Schaffter Sahli seront d’ailleurs le 16 novembre au Centre culturel suisse pour une conférence sur leurs projets.


En dates

1975: Naissance de Vincent Sahli

1980: Naissance de Joanna Schaffter

2005: Ouverture du bureau Schaffter Sahli à Genève

2016: Remporte leur troisième prix du Plus beau livre suisse pour The Anti-museum

2017: Publication du catalogue raisonné d’Adel Abdessemed 1988-2015

2017: Réalisation des catalogues d’exposition pour le Louvre Abu Dhabi

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a