Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
n/a

Concert

John Wiese, quand la sagesse est bruyante

Le Californien se produit dimanche à la Cave 12, à Genève. Brève évocation d'un encyclopédiste des sons mêlés

Lorsqu'il évoque sa musique, John Wiese en dit la chose suivante: «Si l'on réfléchit en termes académiques, il est plus intéressant de penser au processus de composition qu'au résultat. Mais quand il faut satisfaire un public, c'est différent: les gens qui aiment le rock veulent juste du rock.» John Wiese ne joue pas du rock: c'est un maître du bruit et des probabilités contrôlées. Mais sa carrière extrêmement prolifique démontre que l'on peut sans contradiction notable avoir un hémisphère dans l'art conceptuel et l'autre dans le déferlement sonore cathartique.

Ainsi peut-on rencontrer ce Californien dans l'univers des installations – on se reportera pour mémoire à 100 Seven Inch Records By John Wiese, qui met en scène les éléments de sa production vinylique (quand on vous dit qu'il est prolifique...) Mais on peut aussi le croiser dans les salles de concert, pour des performances parfaitement explosives et caractérisées par d'abruptes modifications d'atmosphère. On pourra, pour s'en rendre compte, se référer à l'un de ses albums les plus parlants, Seven of Wands, publié chez Pan en 2011: des ambiances qu'on qualifiera volontiers de souterraines (lames d'infrabasses, fréquences qui tintinnabulent) sont subitement corrodées par des bruits issus du vocabulaire de la plus pure musique concrète – imaginez Kevin Drumm tapant le carton avec Pierre Henry.

Un peu plus loin encore, on se sent comme transporté dans une pièce inédite de Stravinsky dont la partition aurait été abîmée par quelques décennies de poussière s'abattant sur elle. On continue, et l'on retrouve des effets de tectonique musicale – des ondes gravissimes qui, lorsqu'elles s'expriment à pleine puissance (ce qui est souvent le cas chez Wiese) vous agrippent au sens le plus tactile de ce mot.

John Wiese a collaboré avec une bonne partie de ce qui constitue aujourd'hui l'avant-garde des musiques actuelles: Evan Parker, Sunn O))), Merzbow, Wolf Eyes, Kevin Drumm, et bien d'autres. C'est la preuve d'une plasticité hors normes. Et c'est aussi la marque d'un univers intérieur riche et extrêmement bien peuplé.

Cave 12. Rue de la prairie 4, Genève. Di 13 à 21h.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a