jazz

John Zorn, «Interzone»

Passons à confesse: ce disque a maintenant une petite année d’âge et aurait mérité d’être évoqué bien plus tôt…

Genre: jazz
Qui ? John Zorn
Titre: Interzone
Chez qui ? (Tzadik/www.tzadik.com)

Passons à confesse: ce disque a maintenant quelques mois et aurait mérité d’être évoqué plus tôt… Car on a là l’un des sommets de l’art du saxophoniste en combustion John Zorn. Entouré d’une escouade de précision (entre autres, Marc Ribot à la guitare, Ikue Mori à l’électronique et l’incroyable Trevor Dunn à la basse), le New-Yorkais rend ici hommage à l’Interzone, espace arabo-fictif construit par ­Burroughs pour son Festin nu. Tout y est: construction en cut-up (c’était déjà la marque de fabrique de Zorn à l’époque de Naked City), hallucinations gnawas, embardées en tous genres et psychédélisme opiacé. Soyez prudents, une consultation inopinée avec le Dr Benway peut vous attendre au coin d’un titre…

Publicité