Livres

Les joies de la propriété privée

Julia Deck, l’air de rien, décrit la violence d’un petit quartier bourgeois de banlieue. Un tableau savoureux et corrosif des rapports de voisinage

Un couple emménage dans un écoquartier neuf, aux confins de Paris. Les Caradec vivent en quasi-autarcie, misanthropes assumés, psychorigides à l’ordre domestique implacable et à la décoration minimaliste, ils n’aspirent qu’au calme, au silence et au respect de la propriété privée. Ils ont l’impression d’avoir enfin trouvé leur «chez-soi». Le décor est planté. La vie, le lecteur le pressent, va faire irruption dans ce jeu de quilles. Voici que s’installe, dans la villa mitoyenne, un autre couple, les Lecoq, avec leur chat et leur bébé.

Les Lecoq percent des trous dans le mur commun et, surtout, ils organisent une fête. Les Caradec ne peuvent plus dormir en paix. Un matin, leur belle pelouse est jonchée de détritus.