Alfred Bertrand passa sa vie à voyager. De ses périples autour du monde, le Genevois ramena 1720 clichés, achetés à des ateliers ici et là. Ces mises en scène de bons sauvages participèrent à la construction de l’exotisme et de l’imagerie coloniale du XIXe siècle. Elles témoignent de la manière dont on considérait alors le reste du monde. Les portraits de femmes aux seins nus offrirent aux messieurs occidentaux de se rincer l’œil sous prétexte d’anthropologie. Cette «famille malaise», photographiée vers 1880, fut confiée au Musée d’ethnographie en 1940.

Clichés exotiques. Le tour du monde en photographies (1860-1890), jusqu’au 30 septembre 2013 au parc Bertrand, à Champel. www.ville-ge.ch/meg