Quand son roman est sorti, en début d’année, Julie Guinand ne pouvait pas imaginer quelles résonances le confinement allait éveiller à la lecture de Survivante. Ce Journal d’une fin du monde s’inscrit dans la ligne des récits d’apocalypse qui forment aujourd’hui un genre en soi, mais sur un mode léger.