Julien Mages n’en est pas à sa première salve contre les tabous et autres conformismes sociaux. Dans J’irai demain couvrir ton ombre, à l’affiche de l’Arsenic en octobre 2019, le satiriste mettait en scène un philosophe fâché contre le théâtre contemporain, plat et faussement provoc à ses yeux. Même ton parfois assassin dans Tour H/Le fou à l’enfant, monologue relié à l’œuvre du romancier Michel Houellebecq. Logiquement, il y est question des femmes, du marché de l’art et de la jalousie. Mais il y est aussi question de blessures, de quête du sublime et d’amour de l’humanité. Au final, un monologue qui, sous une apparence de fiel, s’interroge sur la nécessité de créer.

Lire aussi: Julien Mages, le théâtre, l’amour et moi