Théâtre

La jungle de Racine selon Frank Castorf 

Spectacle monstre, «Bajazet» en proie aux flammes d’Antonin Artaud divise à Lausanne. Libérés par des acteurs phénoménaux, dont Claire Sermonne et Jeanne Balibar, ce bruit et cette fureur désarçonnent les uns, électrisent les autres

Un spectacle de Frank Castorf est toujours un électrochoc. Il épuise; il réactive des circuits de pensée; il embrouille les cerveaux; il hallucine, telle une bonne dose de cocaïne; il obscurcit sur le moment pour qu’on soit clairvoyant après coup. Il oblige à lire surtout, c’est-à-dire à jouir du flux d’une intelligence déployée en signes purulents.

Lire aussi: Frank Castorf, un incendiaire au chevet de Molière