Ce matin-là, le chauffage ne marche pas. Main sur le radiateur, Juri Steiner, Zurichois de 32 ans, diplômé d'histoire de l'art et responsable de l'arteplage du Jura, en fait le constat, en habitué de la chose, visiblement. Mais l'air des immenses locaux industriels vides qui lui servent de bureau, à deux pas du QG artistique d'Expo.02, à Neuchâtel, est bien vite réchauffé: sous ses allures d'étudiant poli, Juri Steiner concocte un feu d'artifice enrichi au poil à gratter. Evidemment, de l'idée à la réalisation, des éteignoirs en tout genre peuvent encore sévir… Mais à un an et des poussières de l'ouverture d'Expo.02, l'arteplage du Jura s'annonce comme un des éléments les plus palpitants – et les plus risqués – de la manifestation.

Pour la première fois, en effet, une exposition nationale fait le pari d'intégrer en son sein un espace de libre critique sur le pays, ses rouages, ses blocages, ses rêves et sur l'Expo elle-même, ses rouages, ses blocages, etc. L'idée d'un arteplage mobile, vite matérialisée en un bateau pirate, qui circulerait entre les quatre autres arteplages, date des prémices de l'Expo. Son contenu, en revanche, a mis du temps pour prendre sa forme radicale actuelle.

En ce qui concerne son aspect extérieur, il est clair que le bateau ne ressemblera pas à un trois-mâts hollywoodien. Catamaran? Barge traditionnelle? Quatre équipes de designers navals ont planché sur la question. Le résultat sera dévoilé le 26 avril. Quant au contenu, un groupe de réflexion d'une vingtaine de personnes (metteurs en scène, écrivains, sociologues, etc.) élabore des scénarios d'intervention avec Juri Steiner, le canton du Jura et la direction artistique de l'Expo.

Car aux spectacles se mêleront discussions, performances, abordages surprises, «enlèvements», colloques, simulations politiques («et pourquoi pas un Parlement bis le temps de l'Expo?»). Et bien d'autres choses qui promettent d'être explosives mais se doivent de demeurer secrètes pour ne pas se transformer en pétards mouillés… «Le bateau pirate sera un lieu d'expression libre, sans tabou; il y régnera l'esprit de 68… sans les mauvais côtés de 68! Les thèmes des performances se situeront dans le «triangle» de l'Expo: la politique, l'économie et la culture. Les acteurs de ces trois mondes se rencontreront sur le bateau. Les gros rendez-vous seront évidemment agendés mais nous nous laisserons toujours une marge pour pouvoir réagir à l'actualité la plus chaude. Nous aurons une diffusion sur Internet, on pourra prendre le pouls de la plate-forme depuis son portable et se sentir membre d'un club, parfaitement ouvert, mais à l'esprit très fort.»