Vernissage décalé mardi sur l’île Rousseau. Quelques flûtes de champagne accompagnaient une dégustation de kebabs. Cet antagonisme culinaire faisait écho à celui qui, sur le pont du Mont-Blanc, au milieu de la prestigieuse rade de Genève, voit flotter des réclames pour un döner kebab. Réclames n’est pas le mot puisque le dessin de ce souriant découpeur de viande n’est accompagné d’aucune adresse. Il s’agit d’une reprise graphique de l’artiste britannique Jonathan Monk, Prix du Quartier des Bains 2012.

Bien sûr, le jury international en était conscient, un tel déplacement de signes doit être remarqué et faire réagir. Ce qui ne signifie pas créer des polémiques. Et l’œuvre suscite pour l’instant quelques questions et doutes mais guère plus. Mardi, Jonathan Monk appréciait surtout de la voir prendre de si vastes dimensions dans le paysage urbain. Elle flotte cet été en alternance avec les drapeaux patriotiques du 1er août. Et on reverra son oriflamme représentant un pizzaïolo dans le ­quartier des Bains pendant les vernissages des galeries, le 13 septembre.