Difficile de coller une étiquette sous ses semelles de vent qui arpentent le monde depuis plus de six décennies: poète, écrivain-voyageur, essayiste, intellectuel nomade, bourlingueur érudit, philosophe de la nature, vagabond transcendantal, géographe-conteur, cosmographe? Difficile aussi d’en coller une sur son passeport pour ne pas perdre le nord: Ecossais d’origine, Français d’adoption, Européen d’esprit, universel d’inspiration, c’est ainsi que Kenneth White décline son identité. Cet homme de corps qui a le goût du monde et du nomadisme, cet homme d’esprit qui s’est inventé une poétique de la terre et de la mer, se définit le plus volontiers comme un poète-penseur, plus réaliste qu’idéaliste.