Une des premières œuvres auxquelles le visiteur fait face, en entrant dans l’exposition que le Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne (MCBA) consacre à l’artiste new-yorkaise Kiki Smith, est un corps en papier mâché aux dimensions quasi réelles. A la place du cœur jaillit une gerbe de tissus et de rubans multicolores qui coulent en rigoles jusqu’au sol comme autant d’organes échappés de leur enveloppe charnelle. Cette sculpture éviscérée pourrait être crue; elle exulte pourtant d’une joie tendre, presque innocente.

La même ambivalence – puissance du propos contre finesse de l’œuvre – traverse toute l’exposition, à commencer par son titre. Hearing You with My Eyes (T’entendre avec mes yeux) nous dit d’emblée à quel point Kiki Smith s’emploie, depuis plus de quarante ans, à troubler les représentations du corps humain tout en célébrant ses fonctions vitales et son rapport organique à la nature.