C'était il y a trois ans à peine. Un support vidéo, le Digital Versatile Disc alias DVD, prenait d'assaut le marché même pas trentenaire de la cassette VHS. Aux premiers haussements d'épaules a succédé la stupéfaction: en quelques mois, le chiffre d'affaires de la vidéo tous supports confondus a dépassé celui des entrées en salles; l'achat des lecteurs DVD a pris l'ascendant sur le magnétoscope; et, après un début plutôt tâtonnant, les éditeurs de DVD toujours plus nombreux ont multiplié les pressages spéciaux, suppléments cinéphiles ou effets sonores. Difficile donc, alors que le nombre de lecteurs a explosé l'an dernier, devenant le cadeau numéro un offert à Noël 2001, de trouver son chemin parmi les disques actuellement en rayon.

Comment déceler, par exemple, le vilain mensonge imprimé sur la couverture de certains disques de la série La Quatrième Dimension récemment publiés pour les Fêtes? La notice dit «version originale sous-titrée en français», ce qui est faux: oui pour une version parlée en français; oui pour une version anglaise sous-titrée en portugais, hollandais ou italien; mais la version anglaise sous-titrée en français a malheureusement été omise.

Il ne faut pas hésiter, par contre, devant les choix présentés ici. Telle la collection proposée par les éditions Montparnasse et les Cahiers du cinéma. Jolie collection cartonnée, un peu volumineuse (ça fait un plus gros cadeau), mais riche en redécouvertes particulièrement soignées. Après avoir inauguré la série avec, rien que ça, Citizen Kane d'Orson Welles, les deux éditeurs proposent, en cette veille de Fêtes, quatre authentiques chefs-d'œuvre: le drame majestueux La Splendeur des Amberson d'Orson Welles (avec 50 minutes d'explications enregistrées par Orson Welles!), l'ébouriffante comédie L'Impossible Monsieur Bébé de Howard Hawks, l'angoissant thriller Soupçons d'Alfred Hitchcock et La Captive aux yeux clairs de Howard Hawks.

Ce dernier – film d'aventure, comédie, documentaire naturaliste ou histoire d'amitié davantage que western – donne une bonne idée sur l'offre proposée par Montparnasse et les Cahiers du cinéma dans à peu près tous les cas et sur ce qui en fait notre chouchou toutes catégories. D'abord un livret d'explications historiques sur la carrière de Howard Hawks et sur son film, accompagné de photogrammes sublimes de Kirk Douglas. Ensuite une copie du film numériquement retravaillée (image et son) et, petit événement cinéphile sur un second disque, la version longue souhaitée par le cinéaste, disparue après que les exploitants de 1952, dépassés par le succès du film, eurent décidé de le raboter pour placer davantage de séances dans la journée. Enfin, une douce sortie de la maestria signée Hawks avec des analyses filmées, un entretien avec le réalisateur et un autre avec Kirk Douglas. L'offre est donc copieuse. Elle est surtout, contrairement à la profusion de suppléments prétextes et approximatifs qui ont envahi le marché, totalement respectueuse de l'œuvre.

La Captive aux yeux clairs de Howard Hawks (1952). Coffret de 2 DVD Zone 2 (Europe). Bande originale: française ou anglaise (Mono restauré ou re-mastering Digital 5.1). Sous-titrage: français. Editions Montparnasse, Cahiers du cinéma.