Scènes

A Kléber-Méleau, Racine joue des muscles

Créé il y a deux ans à l’Oriental de Vevey, «Frères ennemis» vient embraser le TKM, à Renens. Sur scène, des comédiens qui n’ont peur ni du feu ni du sang. Encore moins de la sensualité

Cédric Dorier, qui est un homme doux et affable à la ville, aime les rapports musclés en scène. Il raffole des transports, des exaltations. Tout ce qui peut finir par un contact, d’affection ou d’agression. En 2014, sous sa direction, douze comédiennes avaient donné de la voix et du corps à Vidy-Lausanne dans Misterioso-119, un texte de Koffi Kwahulé qui racontait la naissance d’un spectacle de danse dans une prison. Ce goût pour la frénésie tournait alors à l’obsession.

Lire aussi: Double punition pour douze détenues

Dans Frères ennemis (La Thébaïde), à voir ces jours au TKM, à Renens, cette ardeur sert mieux le propos. C’est que la première tragédie de Racine (1664) met un peu de temps à démarrer et il faut bien le spectaculaire engagement de Raphaël Vachoux dans le rôle d’Etéocle pour lancer la machine infernale. A ses côtés, les autres interprètes jouent également la carte de l’intensité et, la plupart du temps, embrasent l’alexandrin racinien.

L’histoire revisitée

Amateurs de Sophocle, oubliez vos classiques! Dans cette première livraison tragique, Racine rompt avec la narration antique qui veut que Jocaste se suicide dès qu’elle découvre qu’elle a couché avec son fils Œdipe, et qu’Antigone brave l’interdit de Créon pour enterrer son frère Polynice. Dans Frères ennemis, tout le monde vit et meurt en même temps. Ou presque. Ce précipité dramaturgique, dont la haine des deux frères est le centre, déconcerte.

Mais c’est la liberté de l’auteur d’oser des variations sur le même thème. Ainsi, le rideau se lève sur Jocaste (Carmen Ferlan, grande tragédienne), bien vivante et en état d’alerte, car ses deux fils sont au bord de l’assaut. Si les frères montrent les dents, c’est qu’ils devaient régner alternativement après le décès de leur père et qu’Etéocle, premier primé, ne veut plus céder le pouvoir à Polynice (Richard Vogelsberger). Il n’est pas impossible que Créon (Denis Lavalou) joue un rôle dans cette décision. L’oncle a tout intérêt à ce que ses deux neveux s’entre-tuent pour récupérer la couronne, non? Et Antigone (Claire Nicolas)? Elle a l’allure solide et le verbe lucide. Elle envoie Hémon (Jean-François Michelet) séparer les deux frères ennemis, dût-il en mourir – ce qu’il fait –, et se suicide ensuite, accablée de dépit… Le texte a de beaux moments – le duo d’amour entre Antigone et Hémon en est un –, mais il est brusque dans ses changements, surprenant.

Sensualité et explosivité

Et le décor, que montre-t-il? Un bureau, des cartons et des tapis, façon QG de guerre actuel. Plus tard, une table de festin est dressée et finit renversée quand se déclarent les hostilités. Les comédiens portent des treillis militaires, les comédiennes, des robes d’aujourd’hui. Mais surtout, tous sont traversés par une ardeur koltésienne, un feu plus ou moins couvert et, parfois, leur emphase fait sourire. On salue? Oui, parce que Racine gagne en sensualité et en explosivité ce qu’il perd en gravité.


Frères ennemis (La Thébaïde), jusqu’au 28 janvier, TKM-Théâtre Kléber-Méleau, Renens.

Publicité