Scènes

Kraftwerk et Philippe Katerine, as de cœur d’Antigel

Fondateurs d’un festival à part, Thuy-San Dinh et Eric Linder ont dévoilé l’affiche des dix ans d’un rendez-vous qui remodèle le territoire genevois. Ils annoncent des nuits givrées. Nos conseils

Une lettre d’amour aux Genevois. Avec vol d’étourneaux en sus sur les affiches. C’est ainsi qu’Eric Linder et Thuy-San Dinh ont conçu la dixième édition de leur festival Antigel. C’est ainsi qu’ils l’ont présentée à une centaine de journalistes et de professionnels rassemblés mardi à la salle Soutter, dans le giron de la tour de la RTS à Genève.

Dépayser l’amant est une façon d’aiguiser le désir. A chaque conférence de presse, son théâtre donc. Depuis 2011, le duo donne rendez-vous, entre fin janvier et février, à 50 000 amateurs d’escapades givrées sur des territoires mystérieux ou méconnus du canton, là où les troubadours de l’électro, de la techno ou de la pop n’ont pas leurs habitudes.