Les Genevois étaient à la fête lundi soir au Victoria Hall. Malgré les masques et la jauge réduite de la salle, les retrouvailles avec Krystian Zimerman ont fait l’événement de l’ouverture de saison de l’OSR. Qu’est devenu cet immense pianiste après avoir été absent de l’orchestre romand pendant plus de trois décennies? C’est ce que tous se demandaient en arrivant. Ils auront été servis.

Loin de l’austérité

Krystian Zimerman n’est plus le même homme. Accompagnant généreusement du corps chaque inflexion de l’orchestre quand il n’intervient pas, saluant chaleureusement du coude le chef, remerciant affectueusement les musiciens bras levés et embrassant des mains le public, entre masque et cœur: on est loin du soliste austère des années glorieuses.