Hier, le Kunsthaus a donné sa conférence de presse annuelle dans son foyer magnifié par de superbes tableaux de Hodler. L'ambiance pour cette séance rituelle était particulière étant donné que le nom du futur directeur du Musée des beaux-arts zurichois aurait dû être annoncé à cette occasion. Mais, comme on le savait déjà, cela n'a pas pu être possible vu le retard pris par la Commission de sélection. Ainsi, il manquait un peu d'âme hier lors de cette séance destinée à annoncer le programme des expositions, le calendrier des travaux prévus, et les projets de réaménagement. On a parlé du futur, sans savoir qui en sera responsable.

Si rien de neuf n'a donc été dit sur le sujet, rappelons tout de même les derniers épisodes du feuilleton de cette «succession». Suite à une indiscrétion du Tages Anzeiger, on a su que la Commission de sélection avait retenu deux noms: celui de Christoph Hein- rich, conservateur à la Kunsthalle de Hambourg, et celui de Bernhard Bürgi, directeur de la Kunsthalle de Zurich (LT des 12, 13 et 19 janvier 2000). Cette révélation avait provoqué le désaccord d'une soixantaine de mécènes, collectionneurs et amateurs d'art, qui reprochaient aux deux candidats leur profil «art contemporain» et leur manque de rayonnement sur le plan international. La Commission a démenti avoir arrêté son choix et a affirmé entendre d'autres personnes – moins de dix. Depuis, Bernhard Bürgi a annoncé qu'il retirait une candidature qui avait été sollicitée. Et un nom circule sur les lèvres: celui de Christoph Vitali, ancien responsable de la culture à la ville de Zurich et actuel directeur de la Maison de l'art de Munich. Il serait la personne idéale mais, comme il est âgé de 60 ans, il n'assurerait qu'un intérim de cinq à six ans.

Felix A. Baumann, actuel directeur du Kunsthaus qui prend sa retraite cet été, a par ailleurs présenté la grande exposition de sa fin de règne. Elle est consacrée à Cézanne sous le thème Fini, non fini et elle a été réalisée avec le Kunstforum de Vienne, où elle vient de s'ouvrir (LT du 27 janvier 2000). A Zurich, elle sera présentée du 5 mai au 30 juillet, augmentée de plusieurs toiles. Thomas Wagner, président de la fondation du Kunsthaus, a quant à lui détaillé les grands travaux qui seront entrepris sur un bâtiment qui possède une extraordinaire collection dans des murs qui tombent pratiquement en ruine. Les rénovations iront des toilettes à l'éclairage de jour en passant par les murs, l'isolation, la façade, la moquette et le restaurant. Elles coûteront plus de 50 millions partagés entre la ville et le canton de Zurich (la Loterie donnant 10 millions) et dureront de 6 à 7 ans.