Alors que le marché du disque tient presque tout entier dans les mains de quelques multinationales (dans l'ordre Universal, Sony, Warner, EMI et BMG), trois Lausannois viennent de se lancer dans la ronde avec un label, baptisé L-177. Un intitulé en forme de clin d'œil – le L-177, «Loricariidae Baryancistrus 177» pour être exact, est un poisson amazonien bardé de couleurs évoluant dans les eaux vaseuses du plus grand fleuve de la planète – qui ne doit pas faire douter du sérieux de l'entreprise.

Servies par un souci de qualité patent à tous les niveaux (choix des artistes, prises de son, mixage, pochette), les deux premières livraisons de la jeune maison, Samba de Zamba par Bocato Group et Tales of Coincidences du Sismik Napkins Adventures, font bonne figure en regard de ce que l'on peut communément trouver dans les bacs. Le hasard n'y est pour rien: au bénéfice d'une solide expérience dans le milieu musical, Stanley Maumary, Christophe Piquerez et Patrick Lang ont pris le temps de réunir un maximum d'atouts avant de passer à l'acte, chacun apportant aujourd'hui son savoir-faire particulier.

Musicien et ingénieur du son, Patrick Lang est également le principal animateur de Sismik Napkins Adventures. Au sein de L-177, il est le spécialiste de l'informatique musicale. Complice de longue date, Stanley Maumary a lui aussi fait ses gammes comme musicien avant de se lancer dans la production. En 1995, il créait un label regroupant essentiellement des artistes issus du milieu alternatif lausannois: «J'ai toujours eu envie de produire de la musique. Birdline fut une très bonne école. Avec Patrick, nous avons pu apprendre les ficelles du métier en faisant travailler toutes sortes de groupes. Mais au bout d'un moment, je commençais à être fatigué de dormir entre les piles d'invendus! Quand on m'a offert la responsabilité du studio Valley – où sont notamment passés Stéphane Blok, Pascal Auberson, Lee Maddeford, Léon Francioli et Daniel Bourquin –, je me suis décidé à reprendre l'aventure là ou je l'avais laissée, mais cette fois avec de vrais moyens, avec la possibilité de conduire le processus de bout en bout, jusqu'à la conception graphique des pochettes.»

Egalement membre de l'équipe fondatrice du Jazz in the Garden Festival (dont la 3e édition se tiendra du 18 au 20 septembre), Stanley Maumary tient le rôle de coordinateur au sein de L-177. Bassiste disposant d'une formation en gestion et marketing, Christophe Piquerez apporte quant à lui sa solide expérience de management et de promotion. «Pour nous, précise Patrick Lang, l'arrivée de Christophe a constitué un apport fondamental. Nous avions vraiment besoin de quelqu'un qui soit capable d'assurer les relations publiques, la partie promotion et la communication du label. C'est absolument essentiel à la survie de L-177.»

Sur le plan musical, L-177 affiche pour seul credo la production d'une musique «harmoniquement riche, non agressive et chaleureuse». Une ligne délibérément floue, qui permet à L-177 de garder les coudées franches. «L'idée, explique Patrick Lang, c'est de mélanger les sons du monde. La ligne de L-177, c'est le voyage, mais on ne souhaite pas pour autant s'enfermer dans le purement ethnique et ne produire que de la world music.» Les deux premières livraisons, reconnaissables à leur packaging sophistiqué (emballage cartonné, marge noire et chevron jaune), posent d'ailleurs les bornes à l'intérieur desquelles les jeunes producteurs tenteront de dégotter leurs prochains poulains. Un large espace musical balisé d'un côté par les astucieux bricolages électroniques de Sismik Napkins Adventures et de l'autre par le jazz très ciselé du Bocato Group.

Mais avant de partir à la recherche de nouveaux poulains capable de satisfaire à ces critères somme toute fort peu grégaires, le trio lausannois se doit de rentabiliser les lourds investissements consentis jusqu'ici. Et même si la fortune n'est pas pour demain, Stanley Maumary, Christophe Piquerez et Patrick Lang conservent bon espoir: «Le label existe depuis moins d'une année et on a déjà fait mieux qu'avec Birdline, se réjouit le premier.

»Jusqu'à l'an 2000, on va essayer de faire fructifier nos deux albums avant de passer à autre chose. Mais il y a déjà des gens intéressants qui viennent nous voir. Et puis nous avons un réseau de ventes par correspondance, avec un fichier qui a triplé depuis décembre (500 personnes aujourd'hui). Si ça continue, d'ici à quelques mois nous parviendrons à notre minimum vital. D'autant qu'avec l'aide de RecRec – qui distribue depuis peu L-177 – nous devrions parvenir à décrocher des marchés à l'extérieur de la Suisse, en Allemagne et au Brésil notamment. Ce ne sont pas les projets qui manquent.»

Samba de Zamba, par Bocato Group (L-177/RecRec)

Tales of coincidences, par The Sismik Napkins Adventures (L-177/RecRec)

Site internet: www.l177.ch