Une trentaine de longues secondes sont nécessaires pour traverser un couloir muré de livres. L’étroite route mène dans une large pièce où le visiteur est accueilli par une table ronde disparaissant sous des piles de lourds ouvrages. Quatre bibliothèques double face larges de trois mètres divisent l’espace en de nombreuses coursives. Les parois là aussi sont composées d’innombrables volumes. Ces quelque 35 000 textes sont les principaux habitants de la résidence milanaise d’Umberto Eco. Cinq ans après la disparition de l’écrivain, le public pourra prochainement visiter sa bibliothèque personnelle. Elle sera en effet recréée dans les prochains mois au sein de l’Université de Bologne et remplie des livres originaux.