Dans le désert artistique de la comédie française téléformatée, parfois une bonne surprise surnage. On peut compter le nouveau film de Lucien Jean-Baptiste parmi celles-ci. Acteur sympathique de films discrets («Emmenez-moi», «13m2», «Possessions», «Je fais le mort»), le Martiniquais était passé à la réalisation en 2009 avec «La Première étoile» (2009), comédie un peu trop facile à base de blacks dans la neige. Après deux inédits «30° couleur» (2012) et «Dieumerci!» (2016), le voici qui réalise un vrai bond en avant avec «Il a déjà tes yeux», habile retournement de clichés.

Lorsque Paul, d’origine antillaise, et Sali, d’origine sénégalaise, un couple de fleuristes parisiens en mal d’enfants, reçoit une réponse positive à sa demande d’adoption, ils sont aux anges et accueillent avec joie Benjamin, un beau bébé… blanc et blond de six mois. Mais ils sont bien les seuls à ne pas y voir de problème! Entre une inspectrice de l’Aide sociale à l’enfance plus que pessimiste et les parents effondrés de Sali, tout les pousse à abandonner cette adoption qui va «contre l’ordre des choses»…

Zabou et Elbaz au top

Des grandes photos de couples d’adoptants heureux accrochées au local de l’ASE au racisme inversé de certains Noirs, tout est plutôt bien vu dans cette comédie enlevée. Lucien Jean-Baptiste et Aïssa Maïga forment un bien joli couple, dont on ne soupçonne pas de prime abord les origines diverses. Comédienne engagée par excellence, Zabou Breitman joue à merveille l’assistante sociale bobo et dépassée tandis que Vincent Elbaz compose un hilarant personnage burlesque de meilleur pote «white trash». Ajoutez un vrai sens du «timing» comique, jusqu’au final qui voit la police intervenir suite à un soupçon de maltraitance et la petite famille se barricader à l’hôpital, et vous tenez là un divertissement rigolo pas du tout idiot.

Et puis, même si une telle comédie antiraciste/intégrationniste s’inscrit aujourd’hui dans le sillage d’«Intouchables» (Olivier Nakache et Eric Toledano), «Neuilly sa mère!» (Gabriel Julien-Laferrière) et autres «Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?» (Philippe de Chauveron), osera-t-on affirmer que cela fait du bien d’avoir pour une fois un regard «de l’autre bord»: non seulement black mais aussi clairement de gauche?


** Il a déjà tes yeux, de Lucien Jean-Baptiste (France, 2017), avec Aïssa Maïga, Lucien Jean-Baptiste, Zabou Breitman, Vincent Elbaz, Delphine Théodore, Marie-Sohna-Condé, Michel Jonasz. 1h35