Une forme cubique, une boule, un cône. C'est à peu près tout ce qu'un rapide coup d'œil repérera dans la galerie Caratsch de Pury & Luxembourg, à Zurich. Et ce ne sont pas les cinq autres œuvres, discrètes, qui en rajoutent beaucoup. Et pourtant… A son habitude, le sculpteur Not Vital a fait dans la sobriété et le dépouillement. Car il connaît la force de l'élémentaire. Et sait les possibilités de glisser, à travers la simplicité, les sous-entendus les plus poétiques.

Nichée dans une anfractuosité d'un lourd parallélépipède de marbre, une petite flaque d'eau, par exemple, exprime tout le poids des larmes (2000 Tears, 2004) que le sculpteur a gravées sur les flancs polis du bloc. A l'opposé, dans cette première salle, irradie une grosse boule au relief lunaire (Moon, Ø 130 cm, 2004), évocation du bonheur de lire à sa seule lueur, lorsque la lune brille de tout son éclat au cœur de la nuit.

L'artiste grison (né à Sent, en Basse-Engadine, en 1948) a le sens du merveilleux, des enchantements enfantins, des rapports simples à la nature. Un film, Not Vital, Half Man - Half Animal, produit en 1999 par la Télévision romanche, évoquait sa sensibilité animale et terrienne. Une dimension qu'on retrouve à Zurich dans son autoportrait brossé à coups de boules de neige; souvenirs de gamin (Throwing Snowballs at Selfportrait as an Idiot, plâtre, 2004). Une expérimentation du primitif, qui est aussi celle plus récente du contact avec l'Afrique.

Depuis 1999, Not Vital travaille en effet régulièrement dans la cité des sables d'Agadès, au Niger. Une importante exposition rendra compte de cet aspect dès fin mars à la Kunsthalle de Bielefeld, en Allemagne. Le cône montré à Zurich, dans la seconde salle, (Model for a House in Africa, 2004) fait toutefois allusion à cette source d'inspiration. Au même titre que Troupeau (2004) et Westafrica (2004), constitué d'un empilement de 192 petits brocs en plastique bleu, si utiles dans ces régions où tout liquide est précieux.

Le cône, très pointu, en forme de coquille hélicoïdale, évoque l'abri, le besoin de protection recherché par tout humain. Mais son revêtement, en sucre, en fait quelque chose d'irréel, de fragile. Cette opposition est significative des intentions de l'artiste de balader son public entre concret et impalpable, entre tranquillité et insécurité. A l'instar des lames de 750 Knives (2004) pointées vers le spectateur. Triangles d'acier, aux lignes épurées, ils installent les sentiments entre fascination et effroi. Mais c'est pour rappeler que, dans cet éternel balancement entre vie et mort, entre simplicité et complexité de la destinée humaine, un regard un brin esthète suffit parfois à remettre d'aplomb les équilibres.

Not Vital. Caratsch de Pury & Luxembourg (Limmatstrasse 264, Zurich, tél. 001/276 80 20). Lu-ve 10-18 h, sa 11-17 h. Jusqu'au 18 février.