Peter Altmaier est tenace. En février dernier, le ministre allemand de l’Economie avait présenté les grandes lignes d’une politique industrielle nationale. Dans un pays peu habitué à l’interventionnisme étatique au niveau économique, il avait suscité une levée de boucliers.

Vendredi, Peter Altmaier est revenu à la charge, avec une nouvelle version de son texte et l’objectif de sauver le «made in Germany»: «L’industrie allemande est l’une des plus fortes au monde et emploie 7 millions de personnes dans le pays. Toutefois nous faisons face à des changements structurels, en matière de technologie et d’innovation, et à un ralentissement de la conjoncture mondiale.»