Si l'on admet que les chats ont sept vies, alors Simon de Pury a tout du chat. En tout cas, l'élasticité et la capacité de rebondir, qualités qui ont fait de lui un commissaire-priseur vedette. En pleine tempête financière mondiale, voici qu'il annonce la reprise de sa maison de vente, Phillips de Pury & Co, par Mercury Group, géant russe du luxe. Il y a quatre ans, celui qui s'était brièvement profilé comme un éventuel petit concurrent face aux puissantes Christie's et Sotheby's, affrontait une situation difficile, affaibli par le retrait de LVMH, propriétaire de Phillips, puis par celui de sa troisième associée d'alors, Daniella Luxembourg. Seul à la tête d'une entreprise fragile, mais fort de sa notoriété, Simon de Pury - par ailleurs chroniqueur au Temps - s'est employé à redresser l'édifice en concentrant ses activités sur des marchés porteurs: art contemporain, design, photographie. Avec succès.

«Je reste président»

«Après cette phase de croissance rapide, il fallait accéder au niveau supérieur et nouer, pour ce faire, une alliance avec un partenaire fort. Le groupe Mercury m'offre la combinaison idéale: une base financière large, un accord stratégique et une position géographique opportune puisqu'elle permet de développer notre présence en Russie et de progresser en direction des autres marchés émergents: Asie, pays du Golfe, Amérique latine.» Simon de Pury adapte ainsi sa maison à un marché de l'art désormais mondial où les Russes sont devenus des protagonistes de poids. Mais quel rôle jouera-t-il à l'avenir chez Phillips de Pury & Co.? «Le même; je reste le président et copropriétaire pour une part importante», indique-t-il sans autre précision.

L'alliance russe s'ajoute à la britannique, conclue avec l'influent marchand et collectionneur Charles Saatchi. L'entrée gratuite à la Saatchi Collection, musée privé inauguré ce mardi à Londres, est financée par Simon de Pury. Lequel y dispose d'une salle où monter son propre programme d'expositions. En outre, les sites internet Saatchi et Phillips de Pury & Company sont reliés. Le commissaire-priseur, qui a devancé de longue date le décloisonnement entre les métiers actuellement en cours, entend poursuivre ses activités sur différents fronts: ventes aux enchères et de gré à gré, expositions et vente directe, ainsi que conseil.