En cette fin d’année, on est toujours heureux de faire des trouvailles. Il y a aussi cette énergie pour ranger, une injonction intérieure à trier, à mettre de l’ordre dans l’an qui s’achève pour mieux accueillir le nouveau. Du coup, des pépites surgissent, des visages réapparaissent, des souvenirs et des livres bien sûr. Ainsi de Mappa Insulae aux éditions marseillaises Parenthèses. Qui a œuvré à cette réussite où plaisir de l’œil et joie de l’esprit se combinent? Un collectif baptisé du nom de l’auteur de L’Ile aux trésors, Stevenson, et qui réunit trois philosophes, un artiste et un architecte. Collectionneurs de cartes, passionnés par les îles et tout cet océan d’imaginaire et de littérature qui les entoure, ils ont mis en commun leurs trésors.

Cartes d’îles

Sur les pages de droite, des cartes d’îles des quatre coins du globe et de tous les siècles, des splendeurs graphiques, des curiosités historiques, de vraies merveilles, qui peuvent passer inaperçues mais qui ici, cadrées, mises sous la loupe, resplendissent. Des Indes orientales à la Californie, de fort Boyard à Tenochtitlan, le voyage est instantané. Sur les pages de gauche, des textes au cordeau, courts mais denses, des mines d’informations où la littérature tient la barre. Avec Robert Louis Stevenson et Herman Melville en capitaines de la frégate, on rencontre aussi à bord Borges, Umberto Eco, Rimbaud, Jean Giono et beaucoup d’autres.

Penser autrement

L’occasion, à chaque page, de mesurer la distance (ludique, poétique, malgré les apparences du sérieux) entre la carte et le territoire, entre le réel et sa transposition. Ce qui fait remonter à la mémoire une autre pépite, l’Atlas des égarements de Bertrand Westphal. Le professeur en littérature générale et comparée de l’Université de Limoges y guette les moyens de se désorienter, c’est-à-dire d’ouvrir l’esprit à d’autres façons de voir ou de penser. Avec son équipe de recherche, il a fondé la géocritique ou l’exploration des relations entre espaces, fiction et réel (lire aussi La Géocritique, Minuit, 2007.) Avec les écrivains et les artistes pour défricheurs, il propose de quitter les balises des normes imposées par les vainqueurs (de l’histoire, des batailles, etc.). Un autre voyage, le plus important de tous sans doute.


Mappa Insulae, Stevenson, Parenthèses.

Atlas des égarements, Bertrand Westphal, Etudes géocritiques», Minuit.