Pour sa quatorzième édition, le festival Agapé reste fidèle à sa mission: animer l’esprit sacré à travers la musique baroque, les rencontres et le théâtre. Son credo? Un rendez-vous pour la paix. Sa cadence? Printanière, tous les deux ans.

La parenthèse spirituelle et artistique se profile cette année sur cinq jours. Après avoir débuté à l’église Saint-François en 2008, puis investi le BFM pendant deux saisons, c’est Carouge qui sert d’écrin à la manifestation depuis trois éditions. Entre le temple et l’église Sainte-Croix, aucun schisme religieux. Les frontières s’effacent devant un christianisme unifié après avoir même débordé sur la société civile à l’époque du BFM.

Les splendeurs du «Diluvio universale»

Pourquoi Agapé est-il donc biennal? Parce qu’une année sur deux, il se déroule à Reims. Le festival suit une forme de parcours nomade, tout en s’ancrant dans des territoires d’élection. C’est cette fois au tour de Genève d’accueillir musiciens et artistes pour une douzaine de rendez-vous qui s’articulent entre des entretiens avec les artistes (quatre «Pavillon-rencontres»), du théâtre (Le Médecin malgré lui de Molière) et de la musique instrumentale, vocale ou en récital.

Que faut-il retenir de ce cru carougeois? Une ouverture monteverdienne par l’ensemble Scherzi Musicali de Nicolas Achten, avant un après-midi flûte et orgue puis le grand Diluvio universale de Michelangelo Falvetti, que Leonardo Garcia Alarcón et sa Cappella Mediterranea promènent avec succès sur les scènes internationales depuis qu’ils en révélèrent les splendeurs à Ambronay en 2010.

Lire aussi: Leonardo Garcia Alarcon: «Charpentier, c’est la noblesse de l’esprit»

Violoncelle piccolo, voix et ostinatos

Pour la traversée en solitaire, Hager Hanana présentera des pièces sur violoncelle piccolo, alors que la voix sera aussi à l’honneur. Les sopranos Nuria Rial et Dima Orsho proposeront des airs baroques et chants arabes, et les Leçons de ténèbres de De Lalande et des pièces sacrées de la Semaine sainte de Couperin seront interprétées par l’ensemble Il Caravaggio avec la mezzo Anna Reinhold et la soprano Camille Delaforge. Quant à l’ensemble Chiome d’Oro, il complétera l’affiche purement musicale avec des pièces baroques sur des ostinatos.

La tradition enfantine d’Agapé ne sera pas non plus oubliée: le mini-festival dédié aux bambins leur offrira sept moments de fraîcheur, entre théâtre, contes, marionnettes, films d’animation et fable mise en images et en musique. De quoi adoucir le cœur et l’esprit, toutes générations confondues.


Festival Agapé, du 29 mai au 2 juin. Rens.: www.festivalagape.org