Joey Jordison, le batteur et cofondateur de Slipknot en 1995, a été retrouvé mort par sa famille ce lundi 26 juillet. Il avait 46 ans. Dans leur déclaration, ses proches précisent, sans en indiquer la cause, qu’il les a quittés «paisiblement dans son sommeil […]. La mort de Joey nous a laissé le cœur vide et un indescriptible chagrin.»

Jouer à la verticale

Celui qui portait le célèbre masque kabuki noir et blanc dénoué d’expression est l’un d’un batteurs les plus importants de la scène métal. Il est connu pour avoir contribué à la notoriété dans les années 2000 du groupe américain Slipknot, alors composé de neuf musiciens. Chacun s’était attribué un numéro et Joey Jordison était le No 1. Il a coécrit plusieurs de leurs plus grands succès, dont Surfacing, Eyeless, People = Shit, Duality ou Before I Forget.

Réputés pour leurs masques d’horreur et leurs bleus de travail, ils avaient émergé sur la scène métal au milieu des années 1990 avec leur son agressif. Le groupe de «nu métal», un genre qui fusionne le métal, le hip-hop et le grunge, est rapidement devenu un succès commercial et a particulièrement influencé les générations futures. Derrière les pantomimes sur scène et les frasques se trouvait un groupe maîtrisant d’une main de maître la technique.

Propulsé par la batterie à grande vitesse et les battements sans relâche de Joey Jordison ainsi que ses talents pour l’écriture de certains titres du groupe, Slipknot a notamment travaillé avec le légendaire producteur Rick Rubin pour son troisième album et a remporté son premier Grammy en 2006.

Joey Jordison, né le 26 avril 1975 à Des Moines dans l’Iowa, dit «le mangeur de cactus», a aussi eu ses moments de gloire individuelle. Parmi ceux-ci: le titre de meilleur batteur de ces 25 dernières années attribué par les lecteurs du magazine Rythm, consacré à la batterie, en 2010. Hormis son sens du rythme indéniable, l’agilité de son corps, sa rapidité et son endurance, le musicien avait pris pour habitude de réaliser ses solos de batterie installé sur une monture circulaire en mouvement depuis laquelle il jouait dans tous les sens, même à la verticale.

Il avait quitté Slipknot en 2013, pour «raisons personnelles». Plus tard, il a révélé être atteint d’une maladie neurologique, la myélite transverse. Cette maladie lui a ôté l’usage de ses jambes et a affecté sa capacité à jouer de la batterie. Dans de récentes interviews, il affirmait avoir pu rejouer de la batterie grâce à une thérapie physique intense et se consacrer à nouveau à la musique avec un nouveau groupe appelé VIMIC.

L’influence du musicien

Avant de rejoindre le groupe, le musicien jouait dans Modifidious et The Have Nots. Puis il a produit l’album Fire Up the Blades du groupe de métal canadien 3 Inches of Blood, sorti en 2007. Après, il a été le guitariste du groupe horror-punk d’inspiration glam The Murderdolls, puis batteur dans les groupes de métal alternatif Scar the Martyr et de métal extrême Sinsaenum. Il a aussi joué de la batterie en live pour de nombreux groupes de métal majeurs comme Metallica, Korn, Rob Zombie, Satyricon, Ministry, System Of A Down ou Otep.

Depuis l’annonce de sa mort, Metallica lui a rendu hommage en postant sur sa page Facebook une photo du batteur avec la mention «Repose en paix, frère». Ses anciens camarades au sein de Slipknot, Corey Taylor et Shawn Crahan, ont tous deux publié des carrés noirs sur leurs comptes Twitter.

D’autres grands musiciens de métal ont aussi publié des hommages à Joey Jordison, soulignant sa technique et l’influence qu’il a eue sur leurs propres groupes. «Les contributions de Joey à la musique ont changé le visage de la musique heavy sur la planète», a écrit le principal musicien du groupe Trivium, Matt Heafy. «Une légende absolue qui a changé la donne, non seulement pour la batterie, mais pour la musique métal dans son ensemble», a renchéri le populaire youtubeur de métal Nik Nocturnal.