Rétrospective

L’année 2018 en expositions: les musées face à la vague #MeToo

Le mouvement pour l’émancipation des femmes n’a pas épargné le monde de l’art, relançant le débat autour de la représentation du corps féminin

Un an après le lancement de #MeToo, l’heure est au bilan. Si certains se félicitent que les langues se délient enfin, et souhaitent voir avancer la cause de l’égalité hommes-femmes, on entend aussi beaucoup la voix de celles et ceux qui se saisissent de chaque micro-événement pour pousser des cris d’orfraie, dénoncer des risques de censure, voire – ils et elles n’ont pas peur des mots – le retour d’un nouvel ordre moral. On entend d’ailleurs les mêmes débats à propos des théories post-coloniales, assimilées par leurs détracteurs à des machines de guerre contre le projet universaliste, ou de la pensée écologique, accusée de se construire sur le terreau des inégalités sociales. Etrange période où les luttes pour l’émancipation peuvent être confondues avec des stratégies hégémoniques, et où le travail de l’argumentation semble, en l’absence de toute nuance, servir surtout à prouver la réversibilité de toute idée en son contraire.

Le monde de l’art n’a pas été épargné par cette passion pour les polémiques, et l’année a été marquée par les débats houleux sur la représentation du corps féminin, les questions d’identité et d’appropriation culturelle ou les nominations problématiques de personnalités contestées à la tête d’institutions – rassurons-nous néanmoins, tous les indicateurs économiques du marché sont au vert.

Pas de consensus

Rien qu’à Genève, l’année artistique a été marquée par une intense présence de questions politiques dans les expositions. Au Centre d’art contemporain, l’artiste et performeuse Hannah Black a immergé les visiteurs dans une installation désenchantée. Puis c’est le collectif Rosa Brux qui a exhumé les archives du MLF (Mouvement de libération des femmes) genevois. Et depuis novembre, on peut voir la Biennale de l’image en mouvement, toujours en cours, où se réconcilient travail de la forme, imagination et regard lucide sur les problèmes du monde contemporain. Au Mamco, on a pu découvrir l’œuvre engagée de Rasheed Araeen, qui oscille entre histoire alternative de la modernité et approche politique qui laisse la voie libre à des voies autres pour la modernité. Et hors du monde institutionnel, Wages For Wages Against, un collectif de réflexion et d’activisme qui défend le principe d’une juste rémunération des artistes, a été particulièrement visible, tandis que les lieux alternatifs comme Duplex ou Zabriskie Point offrent des espaces de réflexion sur les rapports de pouvoir qui structurent le monde de la culture.

S’il n’y a aucun consensus en vue, on ne peut toutefois que se réjouir de cette situation: depuis combien de temps n’avions-nous pas autant parlé d’art? Car s’écharper sur la portée symbolique d’une œuvre, se quereller collectivement sur la vision du monde qu’elle porte, c’est toujours déjà la prendre au sérieux, comme un langage qui a encore des choses à dire sur le monde.


Nos rétrospectives culturelles de l'année 2018:


Cinq expositions marquantes:

«Bruce Nauman», Schaulager, Bâle

Première rétrospective en vingt-cinq ans de l’artiste américain, qui conçoit son travail comme un coup de batte de baseball. Un coup de maître, qui restitue parfaitement le partage de l’humour et de la violence dans son œuvre.


«Rasheed Araeen», Mamco, Genève

Il aura fallu attendre qu’il ait plus de 80 ans pour que son travail reçoive la reconnaissance qu’il mérite. C’est enfin chose faite avec cette première rétrospective de l’artiste pakistanais au Mamco, en partenariat avec le Van Abbemuseum d’Eindhoven.


«Rochelle Feinstein», Kunsthaus, Bâle

Les œuvres récentes de la New-Yorkaise (née en 1947) n’ont rien perdu ni de leur humour, ni de leur sens de l’anarchie, ni de leur conscience aiguë de la dimension sociale et politique de la peinture, des satires de Trump au féminisme.


«Hannah Black, Bonaventure & Ebba Fransén Waldhör – ANXIETINA», Centre d’art contemporain, Genève

Rencontre du marxisme, du féminisme, de la culture populaire, de la science-fiction et de la «Black radical theory», le travail de Hannah Black, artiste et auteure britannique, explore des questions de race, de genre et d’économie.


«Helga Philipp – Poesie der optischen Transformation», Haus Konstruktiv, Zurich

Cette première rétrospective suisse montre que l’art de cette pionnière de l’art optique et cinétique, née en 1939 et disparue en 2002, n’a définitivement rien à envier aux grands noms masculins auxquels on associe généralement ces deux mouvements.

Publicité